Parlez maintenant ou taisez-vous à jamais Convertir en PDF Suggérer par mail
Speak now or forever hold your peace - Cn Winters


AVERTISSEMENT
: Xena et sa bande (y compris Argo) sont la propriété de MCA. "Forever in My Life" est la propriété de Warner Bros / Paisley Park. Cette histoire-ci, cependant, est à moi et à moi seule. Il n'y a ici aucune infraction ni copyright.
Cette histoire contient une scène entre deux femmes consentantes. Soyez prévenus. Si ce n'est pas votre tasse de thé, si vous êtes trop jeune ou vivez dans un pays où ça peut être offensant, je vous suggère d'élargir vos horizons, de grandir, ou peut-être bien de déménager.
Si vous voulez me contacter, s'il vous plaît écrivez-moi à Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir   . Les commentaires constructifs sont toujours les bienvenus. Merci.



Les parents de Gabrielle et sa mère furent les premiers à arriver au mariage. Dans les jours qui suivirent, ils furent rejoints par Hercule, Iolaus, Ephiny et Solari. Et, bien sûr, Joxer. Même quelques personnes d'un village environnant que Gabrielle et Xena avaient sauvé la semaine précédente se présentèrent. Gabrielle, Xena et Kenneth, en fait...

Xena était de mauvaise humeur en dirigeant les décorateurs de la salle. Cela faisait un mois que le mariage avait été annoncé. Gabrielle était très excitée. Elle connaissait Kenneth depuis cinq mois. Il avait aidé à sauver un village qui refusait d'abandonner. Xena avait vu leur amour grandir et s'épanouir avec douleur. Maintenant, il allait se marier avec la femme qu'elle avait aimé dès le premier regard.

"Non!" cria Xena."La banderole bleue va dans ce sens-là!" Elle leur montra comment la rouler autour de la colonne. "Et la blanche passe comme ça."

"Xena!" appela Hercules, un baril de bière sous chaque bras, sans forcer le moins du monde, "Où veux tu que je les mette?"

"À droite là-bas" Et elle montra le bar. "Il devrait y avoir de la place sous le comptoir."

Avec un clin d'œil il s'éloigna, regardant Joxer et Iolaus se débattre avec leurs fûts. "Je pose les miens et je viens vous aider." Les taquina-t-il.

"Ha Ha," répondit Iolaus. "Très drôle. Viens Joxer, suis-moi."

Xena secoua la tête et sourit alors que les deux hommes avançaient maladroitement derrière Hercules, oeuvrant plus les uns contre les autres que les uns avec les autres. C'était l'un des rares sourires qu'elle offrait depuis un mois; elle avait la chance d'avoir ses amis auprès d'elle en ces instants. Même si aucun d'eux ne le savait, elle était soulagée par leur présence.

Elle sentit une main sur son épaule et tourna la tête. Son regard grincheux se dissolut quand elle vit de qui il s'agissait.

"Chérie, puis-je te parler?"
"Bien entendu mère"
Cyrène la tira par la main hors de la salle, attendant d'être assez loin des groupes qui se préparaient à l'événement du lendemain.

 "Je ne sais pas comment commencer" sourit Cyrène. Xena resserra son emprise sur les mains de sa mère.

"Dis-moi ce qui ne va pas" demanda-t-elle, inquiète.
"Toi dis-moi" insista Cyrène. "Tu es bizarre depuis mon arrivée. Comme si tu allais ronger les pieds de toutes les tables de cette salle... Dis-moi ce qui ne va pas... S'il te plaît."
Xena lâcha les mains de sa mère et recula, veillant à ne pas se retrouver face à elle.  "Tu ne comprendrais pas mère."
 "N'en sois pas si sûre. Je suis très compréhensive Xena. Alors dis-moi ce qui ne va pas."
Sa fille sourit. "Au moins je sais d'où vient mon manque de patience."
Cyrène sourit aussi, mais continua. "Tu es très évasive ma fille."

 Elle ne répondit pas. Elle regardait le ciel, la salle du banquet, les cailloux sous ses pieds. Partout, sauf vers sa mère.
"Tu l'aimes." déclara Cyrène de façon très détachée. Xena se frotta les yeux avant de passer ses doigts dans sa longue crinière sombre. "Lui as-tu jamais dit?" Demanda Cyrène à voix basse.
"Je lui ai dit que je l'appréciais" répondit Xena avec désinvolture.
"Oui, mais lui as-tu dit que tu l'aimais?"
Xena esquissa un sourire; cette fois elle regarda sa mère. "Non"
Cyrène attendait une explication mais elle savait qu'elle ne viendrait pas. "Tu devrais peut-être le lui dire."
 "Elle se marie demain mère!.. Tu devrais voir la façon dont elle le regarde." Xena entendit les sanglots dans sa voix et elle changea de position pour se distancier un peu.
 "Xena" reprit  Cyrène. "Tu l'as vu? Si je ne le connaissais pas mieux, je dirais que c'est le sosie de ton frère. Il te ressemble - yeux bleus, longs cheveux noirs, même ses pommettes."
 "Où veux tu en venir mère?" L'interrompit Xena.
"Peut-être qu'elle se marie avec Kenneth parce qu'elle croit ne pas pouvoir obtenir la vraie personne."
"Ne sois pas ridicule!"
 "Il n'y a pas que moi. Hercules est d'accord."
 "Tu as parlé de ça avec Hercules!?" Xena n'en revenait pas.
 "C'est le seul avec qui je me sente vraiment à l'aise pour en parler." déclara rapidement Cyrène.

"Il fait toujours cet effet-là aux gens." sourit Xena. "Qu'a-t-il dit exactement?"
Cyrène réfléchit. "Il pense que tu t'éloignes de l'amour de ta vie... Il le voit... Je le vois aussi... En fait la dernière fois que toi et Gabrielle êtes venues me voir, j'ai cru que vous..." Cyrène s'arrêta - les joues de plus en plus rouges. "Disons que nous n'étions pas beaucoup à l'auberge ce week-end-là. Je vous ai mises dans la même chambre et tu n'as pas parlé des choses que tu n'étais pas prête à aborder."
 "Donc, il l'a vu et tu l'as vu. Dis-moi mère... Quelqu'un d'autre l'a vu?"
 "Je ne crois pas. Lui et moi te connaissons assez bien ma chérie."
 "Gabrielle me connaît mieux que personne, sans vouloir te vexer. Pourquoi ne le voit-elle pas?" C'était presque une supplication.

"Qui a dit qu'elle ne l'avait pas vu?" sourit timidement Cyrène. Un autre trait qu'elle avait transmis à sa fille sans aucun doute. "Comme je te l'ai dit, c'est peut-être pourquoi elle a choisi Kenneth. Si elle pense ne pas pouvoir obtenir l'authentique, alors elle est prête à se contenter de sa copie."

Xena ne répondit pas. Alors Cyrène poursuivit."Tu lui dois la vérité Xena. Tu le dois à toi-même. Si elle ne ressent pas la même chose et qu'elle veut toujours de Kenneth, tu pourras refaire ta vie. Mais si c'est toi qu'elle veut, tu peux lui éviter de faire une grave erreur... Penses-y. C'est tout ce que je te demande... S'il te plaît, trouve un moyen d'abroger ta souffrance ma chérie... avant qu'elle ne te consume entièrement."

Cyrène la prit par le bras et déposa un petit baiser sur sa joue avant de retourner dans la salle. Hercules en sortait justement et prit Cyrène dans ses bras puissants.
"Quelle Belle jeune femme!" dit-il en plaisantant. "As-tu besoin d'aide?" Xena sourit à la scène.
 "Où étais-tu il y a trente ans?" dit-elle en caressant sa joue.
"J'étais en primaire" sourit-il.
"Ben voyons" elle s'esclaffa. " Tous les meilleurs sont soit trop jeunes soit trop vieux. "
Avec un rire, il la reposa doucement sur le sol, et elle caressa doucement son bras. Elle le tira vers elle et lui chuchota à l'oreille: "Je crois qu'elle a plus que jamais besoin d'un ami."

Hercules jeta un rapide coup d'oeil sur Xena et hocha la tête avant de s'approcher de la guerrière.
"Comment vas-tu?" il posa son bras autour de Xena, appuyée contre un rocher.
"Bien" elle sourit.
"Tu es devenue une vilaine menteuse Xena"
"Maman m'a dit au sujet de votre petite discussion."
"Ah oui?"
 "Oui. Elle... Tu trouves vraiment qu'il me ressemble?"
"Absolument.. Enfin pas exactement comme toi" dit-il malicieusement. "Mais je dois admettre qu'il y a une ressemblance frappante."
Il était dans la cour et aidait à monter une tente pendant que Xena et Hercules l'observaient. Hercules lut de la jalousie dans les yeux plissés de Xena.
"Suis ton cœur Xena" dit Hercule à voix basse. "Je serai là pour toi quel que soit le résultat."

Xena se retourna vers lui avec un sourire chaleureux. "Je te remercie." Elle caressa son visage amicalement quand une voix derrière elle la fit tressaillir.
"J'ai besoin de ma demoiselle d'honneur. Ne disparais pas avant  la fin de mon mariage."

Hercules s'approcha et enlaça Gabrielle. Il allait dire quelque chose mais Iolaus l'interrompit.
 "Eh!" cria-t-il de la porte de la salle. " Ces bouteilles ne vont pas rentrer toutes seules. Un coup de main Herc?"
"Le devoir m'appelle" Hercules lança un clin d'oeil à Gabrielle avant de se retourner vers Xena. "Si tu as besoin de quoique ce soit tu sais où me trouver" et il lui fit également un clin d'œil.

Après qu'Hercules fut rentré, Gabrielle prit sa place sur le rocher à côté de Xena. "Tu tiens le coup?"
"Pourquoi demandes-tu cela?"

Gabrielle haussa les épaules. "Je ne sais pas, tu as l'air distante. Tu as beaucoup travaillé la semaine dernière, pour la préparation du mariage... tu sembles fatiguée."
"Je le suis."
"Alors va te reposer. Les répétitions commencent ce soir. Je veux te voir t'amuser – et pas t'endormir dans un coin. Va." Gabrielle insista avec un geste de la main.
 "Tu es sûre? La décoration n'est pas finie."
"Je pense pouvoir m'occuper de quelques banderoles" plaisanta Gabrielle. "Allez. Sors un peu."
Peut-être qu'un peu de sommeil m'aidera à vider mon esprit de ces pensées qui défilent. Au moins un moment.

"D'accord" accepta-t-elle en baillant avant de s'éloigner. "Je te vois ce soir"
Xena ne remarqua pas le regard insistant de Gabrielle quand elle marcha vers sa chambre. Xena ne l'avait pas vu...mais Joxer oui.

                                                      ***********

 Après que chacun ait appris sa position pour le lendemain, la fête  commença. Le groupe de musique était arrivé et avait pris le temps de s'entraîner un peu. Ça marchait plutôt bien. Ils avaient à manger, à boire, et maintenant de la musique. Tout le monde dansait. Entre les chansons, Cyrène suggéra à Xena de chanter. La foule encouragea Xena, réticente, à monter sur scène.

 "Je ne sais pas..."  Xena était mal à l'aise. Son cœur en morceaux. La dernière chose qu'elle voulait, c'était chanter une mélodie sur une union heureuse.
"S'il te plaît Xena" demanda Gabrielle. "Pour moi. S'il te plaît?"
Serai-je jamais capable de résister à cette femme? "D'accord" murmura-t-elle. "Pour toi."
Elle monta lentement sur la scène et les encouragements de la foule s'accentuèrent. Une fois le calme revenu, elle prit la parole. "C'est une chanson que j'ai écrite il y a quelques années." Elle se tourna vers les musiciens pour leur donner ses instructions. Quand la musique commença, elle fit face au public.

"Il arrive un moment dans la vie de chacun... Quand on est fatigué de s'amuser... de jongler avec les cœurs... où le corps tombe... Je n'avais jamais imaginé que l'amour me tomberait dessus... et me donnerait envie de m'installer... Mais baby, c'est vrai, c'est bien ça... Et je veux juste te dire que c'est avec toi que j'en ai envie... Et baby si toi aussi, ohhh toujours ... toujours... Baby, je te veux pour toujours... Je veux te garder le reste de ma vie... Tout ce qui ne va pas dans mon monde, tu le répares. Tu es mon sauveur, tu es ma lumière. Pour toujours je te veux... dans ma vie... "

Les paroles frappèrent Gabrielle et elle fit de son mieux pour ne pas avoir l'air trop ému. Elle a dit "il y a quelques années" réfléchit Gabrielle en se souvenant de la déclaration de Xena avant qu'elle n'ait commencé à chanter. Hercules se persuada-t-elle. Il s'agit d'Hercules. Elle sourit à cette pensée – soulagée que ça ne parlât pas d'elle. Puis Xena reprit :

"Apparaît une route sur le trajet de chacun... Une route qu'on a peur de prendre... Je suis là pour te dire que ... je suis sur cette route à présent... Je préfère la prendre avec toi que seule... Tu es mon héros... Tu es mon avenir... Quand je suis avec toi je n'ai pas de passé... Baby mon seul et unique désir... est de trouver dans ce fichu monde une  façon de faire durer ce sentiment... Oh, baby, c'est vrai... Je le sais... Et il faut que je te dise que je veux être avec toi... Oh baby et si toi aussi... Ohhh toujours... toujours... Baby, je veux ton amour... toujours... Je veux te garder... le reste de ma vie...  Tu es mon sauveur... Tu es ma lumière... Pour toujours je te veux... dans ma vie. "
La musique déclina et la foule applaudit à tout rompre. La voix de Kenneth passa au-dessus des applaudissements.
 "Merci Xena!" Hurla-t-il. "C'était magnifique!" Sa voix la fit grimacer de gêne et elle regarda vers le couple si heureux.

La barde était convaincue que la chanson parlait d'Hercules, jusqu'à la partie sur la route et le fait de ne pas vouloir voyager seule. Ca la ramena à leur tout début, quand Xena la considérait comme une innocente jeune fille. Avec ce mariage, elle savait que ce temps-là était révolu...Et ça lui fit mal. Être avec Xena l'avait vraiment rendue heureuse. Elle ne serait plus jamais avec elle. Elle serait avec son sosie. Du moins c'était comme cela que Lila appelait Kenneth. Gabrielle pensait que sa sœur avait perdu la tête, mais plus elle regardait son fiancé, plus elle voyait la ressemblance.
Elle descendit de la scène et se rendit directement au bar.

Deux heures et douze chopes de bière plus tard, elle avait besoin de prendre l'air, de s'éloigner de tout contact humain. Si elle buvait plus, elle risquait d'avoir la langue trop pendue. Que Mère et Hercules connaissent la vérité était une chose. Mais elle était persuadée que tout élan affectif de sa part enverrait le père de Gabrielle dans sa tombe.
Sans se soucier de terminer son treizième verre, elle marcha précautionneusement vers la sortie et aperçut Ephiny et Solari dans une tendre étreinte, à l'écart de l'agitation, mais assez près pour entendre les festivités. Xena se demanda si elle pouvait les déranger. Oh par le Tartare! pensa-t-elle en s'approchant.

 "Oh mes deux amazones préférées sont  sur leur petit nuage?" Susurra-t-elle d'une voix pâteuse.
"Xena!" répondirent-elles à l'unisson.
"Assieds-toi" dit Ephiny en tapotant la pierre à côté d'elle.
 "Vous êtes sures? On dirait que les choses progressaient pas mal entre vous avant que je n'arrive."
 "Bien sûr qu'on est sûres" affirma Solari en regardant Xena chanceler. "Tiens, assieds-toi... Avant de tomber raide."
"Combien en as-tu bu Xena?" demanda Ephiny d'un ton amical.
"J'ai perdu le compte à partir de dix."
"Tu as une tête affreuse." fit remarquer Solari.

"Eh!" répondit Xena en essayant d'attraper son épée sans y parvenir. "Oh, laisse tomber," rit-elle. "C'est juste que je dois trouver un peu de réconfort en tant que première Miss Monde."
"Je croyais que la première Miss Monde était un homme" fit observer Ephiny.
Xena la prit dans ses bras lui murmura à l'oreille. "Il a gagné par défaut... C'est notre petit secret, d'accord?"
Ephiny secoua la tête devant l'état d'ébriété de Xena.. "D'accord" répondit-elle avec un petit rire.

"J'ai une confession à faire." dit Solari.
"Allons donc!"  Xena essayait de garder les yeux ouverts.
"On croyait que tu étais l'heureuse élue..."
"Moi?.. Quoi?" Xena était déboussolée.
Ephiny s'expliqua :"Quand toi et Gabrielle êtes revenues au village... Et que Gabrielle a dit qu'elle avait un projet de mariage, nous supposions que c'était pour vous deux... Je veux dire que c'est pour ça que vous étiez venues au village des amazones, pour vous unir."

Peut-être que c'était l'alcool.  C'était au moins la quatrième personne à remarquer que Gabrielle faisait tellement partie de sa vie qu'il n'était pas naturel qu'elle aille avec quelqu'un d'autre. En tout cas, elle sentit les sanglots monter et Ephiny la serra  plus fort dans ses bras. Elle regarda sa fiancée, Solari, tout en berçant la guerrière.

 "Chut... ça va aller Xena... désolée... on ne voulait pas..."
Xena se leva en s'essuyant les yeux.
"Tu dois beaucoup l'aimer" dit Solari. "Réussir à la laisser partir pour qu'elle trouve le bonheur. C'est très respectable."
"Non. C'est très solitaire." La guerrière se dirigea vers la plage.

Ephiny l'appela. Les deux amazones la rejoignirent en quelques enjambées et se postèrent à côté de la belle aux cheveux corbeau. "Tu ne devrais peut-être pas rester seule ce soir... Reste avec Solari et moi."
Xena regarda les deux femmes et prit Ephiny par la taille. "Qu'est-ce que tu as en tête?"  demanda-t-elle d'un ton enjôleur avant d'embrasser son lobe d'oreille.

Ephiny s'éclaircit la gorge. "Crois-moi si je te dis que cette idée me paraît très intéressante... Mais toi, mon amie, tu es amoureuse de ma reine. Ce ne serait pas convenable... Pourtant, notre offre de rester avec nous tient toujours."
"Ne t'inquiète pas" Xena se dégagea de son étreinte et marcha vers Solari. Elle serra de la même façon la fiancée d'Ephiny. "Si vous ne voulez pas de moi je trouverai quelqu'un d'autre" plaisanta-t-elle.
Ephiny et Solari ne trouvaient pas ça très drôle et crièrent ensemble alors que Xena s'éloignait.

"Je vais bien" dit Xena puis elle s'arrêta et se retourna. "Je suis une grande fille et je peux prendre soin de moi."  Sans plus un mot, les amazones regardèrent Xena commencer sa promenade le long de la plage. Elles secouèrent la tête et  retournèrent, main dans la main, vers leur rocher.

                                                         ************

"Qu'est-ce qu'une belle femme comme toi fait dans un endroit pareil?" entendit-elle de la dune.

L'alcool commençait déjà à se dissiper. Elle récupérait vite. Retrouver son bon sens après plusieurs verres faisait aussi partie de ses nombreuses compétences. Lentement, elle s'approcha de la silhouette.

"J'ai cru reconnaître ta voix" sourit-elle.
"Que fais-tu ici toute seule?"
"Je pourrais te poser la même question."
"Oui, tu peux Autolycus mais s'il te plaît non." Elle s'assit à côté de lui. Il était couché sur le dos et regardait le ciel étoilé.
 "C'est paisible ici n'est-ce pas?" demanda-t-il.

Elle décida de s'allonger aussi et regarda les étoiles quelques instants avant de répondre.  "Ouais, c'est... Tu vois cette constellation là-bas?"
 "Où?"
 Xena lui montra du doigt. "Juste là."
"Tu veux dire celle qui ressemble à un grand huit."
Xena rit et applaudit. "Enfin quelqu'un qui la voit aussi!"
 "Que veux-tu dire?" demanda Autolycus avec un sourire.

Elle fixait toujours les étoiles. "Gabrielle ne la voyait jamais" répondit-elle finalement en le regardant.
 "Toi et Gabrielle passez beaucoup de temps à regarder les étoiles?" Il leva les sourcils de haut en bas.
"Passiez..." le corrigea Xena."On le faisait oui, mais pas comme tu le sous-entends."
Il se leva et roula un peu des épaules. "Ce n'était pas une insinuation. Je croyais que c'était la réalité... En fait, je me suis demandé pourquoi elle épousait le sosie de Xena. Je veux dire après le baiser et tout..."
 Xena regarda de nouveau les étoiles sans répondre.
"Xena?"
 "Quoi?"  demanda-t-elle avec impatience.
"Qu'est-ce que Gabrielle a dit sur le baiser?"
"Quel baiser?"
"Tu sais très bien de quel fichu baiser je parle!" dit-il, offensé. "Celui pour lequel j'ai reçu une gifle."
"Tu as reçu une gifle parce que tu avais la main sur ses fesses."
"Eh bien ce n'est pas moi qui l'ai mise là."
Après un court silence, ils se mirent à rire de l'absurdité de tout cela. Mais bientôt, le silence revint.

"Sincèrement Xena? Qu'est-il arrivé?"
"Rien. Elle n'a jamais rien demandé et je n'en ai jamais reparlé."
Autolycus médita ses paroles. "Pourquoi?"
"Je pensais qu'elle voulait éviter le sujet... Garder les choses au niveau de l'amitié... Ça me convenait."
"Ça te convenait." souligna Autolycus. "Et maintenant, ça ne te convient plus, c'est ça?"

Xena regardait les étoiles. "Non, ça ne me convient plus."
Autolycus se rallongea à côté de Xena. "Tu devrais lui dire Xena. Peut-être qu'elle n'en a jamais parlé parce qu'elle pensait que c'était moi... Peut-être qu'elle croyait que je profitais de son état de détresse... Tu peux penser que je suis une personne bien, mais beaucoup de femmes pensent autrement. Gabrielle en fait peut être partie. "

Xena garda le silence quelques instants pour réfléchir à ses paroles. "Tu as raison. Je n'en reviens pas de ne jamais y avoir songé. Peut-être qu'elle n'a pas compris que c'était vraiment moi. Peut-être qu'elle s'est juste dit que tu étais pathétique."
"Merci" dit-il sèchement.
"Sans vouloir t'offenser." se reprit-elle.
"Trop tard. Je suis offensé. Mais ne t'inquiète pas, je rebondis vite."
Ils se sourirent et Xena se pencha pour lui donner un rapide baiser sur la joue. "Tu es vraiment un prince".
"Non. Je suis un roi. Le roi des voleurs."

Xena se leva et se dépoussiéra. "Où vas-tu?" demanda Autolycus.
"Je repars. J'ai un mariage demain... A bien y réfléchir, c'est même aujourd'hui. Il est tard" Dit-elle en s'éloignant.
"Xena?" Elle s'arrêta et lui fit face. "Que vas-tu faire?"
Elle sourit mais il savait que c'était pour juste donner le change. "Regarder le destin de Gabrielle s'accomplir demain."
"Oui. Mais tu en feras partie."
 "Peut-être, attendons de voir."

Sans autre explication, Xena retourna sur la plage. En marchant, elle remarqua un petit feu de camp non loin de l'une des nombreuses grottes de la région. Lentement, elle tira son épée et se glissa vers l'endroit. Elle observa la silhouette dans l'obscurité et quand elle la reconnut, avança plus silencieusement encore. Elle réprima un petit rire en se mettant en position, prête à bondir.
 "YIYYIYIYIYIYI!"

Elle atterrit à deux pas du campeur qui se leva d'un bond.
"Bonjour Joxer" rigola-t-elle.
"Bonjour Xena," se reprit Joxer, aux prises avec son plastron. "Tu as failli me faire mourir de peur. J'espère que tu es contente."
"Je dois admettre que c'est un des points forts de la soirée... Que fais-tu ici?"
"Il n'y a pas de place à l'auberge. Et puisque le foin me fait éternuer, l'écurie est hors de question, même si c'est offert... Eh, pourquoi n'es-tu pas à la fête?"
"Et toi?" contra Xena.
"Eh bien, tu sais, nous, guerriers, devons nous assurer que les gens restent protégés. Je viens de patrouiller sur la plage pour être sûr que demain se déroule sans accroc" annonça-t-il avec son meilleur style de bravoure.
Xena secoua la tête et sourit.  "C'est une très bonne idée Joxer. Ça te dérange si je m'assois? Trop de bière et trop de marche m'ont un peu fatiguée."
"Bien sûr Xena" dit Joxer tout content. "Peut-être que nous pourrions nous raconter des histoires de guerrier!"
 "Pas ce soir Joxer. Peut-être une autre fois."

 Ils restèrent assis en silence un moment.
"C'est une surprise que Gabrielle se marie."
La remarque semblait sortir de nulle part, mais là encore c'était Joxer.  Les remarques sortaient toujours de nulle part avec lui. D'accord, pensa Xena. Je vais mordre.

 "Qu'est-ce qui te fait dire cela?"
"J'étais sûr que vous resteriez toujours ensemble. Gabby aime tellement voyager et raconter des histoires. Je n'aurais jamais imaginé qu'elle se poserait. La prochaine fois que nous la verrons, elle aura probablement quatre enfants et un autre en route" ricana-t-il.
"D'abord," dit Xena d'un ton agacé. "son nom est Gabrielle, et non Gabby et, deuxièmement, Gabrielle ferait une merveilleuse mère. Elle est intelligente, attentionnée, pleine de compassion et idéaliste."

"Tu l'aimes, hein Xena?"
"Tu es fou!" répondit-elle en roulant des yeux.

Joxer remarqua le stress sur les traits de la guerrière.  Il murmura: "Elle t'aime aussi Xena. "Je l'ai vu dans ses yeux... Au début, je croyais que c'était de l'admiration. Comme un étudiant devant son maître, mais avec le temps... Je sais que c'est bien plus. Elle t'aime profondément."

Xena ne répondit rien à cette remarque. Et Joxer poursuivit sur sa lancée, conscient que son espérance de vie en prenait un coup.

"Sais-tu quand j'ai remarqué tes sentiments?" En l'absence de réponse, il poursuivit. "Quand elle s'est mariée à Perdicus... Tu as fait de ton mieux pour avoir l'air heureux... Tu les as peut-être dupés mais pas moi... Pourquoi ne jamais lui avoir dit Xena?... Pourquoi la laisses-tu encore partir? "
Xena était au bord des larmes... une fois de plus. Mais elle se reprit. Elle ne laisserait pour rien au monde Joxer le Puissant voir ses larmes. Elle savait qu'il attendait une réponse.
"C'est sa vie. Elle dois faire ce qu'elle pense juste."
"Mais si tu ne lui as jamais laissé le choix, comment peut-elle prendre la bonne décision?"

 Xena était agacée par cet interrogatoire.  "L'amitié de Gabrielle est importante pour moi. Je ne veux pas la perdre si elle ne ressent pas la même chose" dit-elle sèchement.
Joxer réfléchit. Il ne savait pas bien s'il pouvait continuer, mais il en trouva tout de même la force.
 "Ce que je vais te dire peut me coûter la vie, Xena, mais je dois le dire... Tu es lâche. Je ne l'aurais jamais cru possible, mais tu es lâche. Bien plus lâche que moi."
Xena sauta sur ses pieds, l'épée à la main. "Retire-ça tout de suite!"
"Non," répondit-il. "Fais ce que tu veux Xena, mais il fallait que ce soit dit... Au moins moi, j'ai réussi une fois à lui dire que je l'aimais, qu'elle m'attirait. Toi, tu n'as jamais pu. Tu ne peux toujours pas te confronter à la réalité et si tu ne le fais pas... tu la perdras. "
 "Gabrielle..."
"Il ne s'agit pas de Gabrielle," déclara Joxer avec défiance en interrompant la guerrière. "Il s'agit de toi. Toi la puissante princesse guerrière, crainte par tout le monde, les rois autant que les serviteurs – Tu es morte de peur devant la petit rouquine qui a volé ton cœur."

Xena abandonna son attitude défensive et baissa son épée. "Que suis-je censée faire?"
"Arrête le mariage. Dis-lui la vérité. Laisse son cœur avoir le choix."
Xena médita ses paroles et sans rien dire, reprit son chemin vers la maison.
 "Xena", la rappela Joxer. "N'oublie pas que si tu ne dis rien, tu la perdras. Sois courageuse demain."

Comme elle ne répondait pas et continuait de marcher, Joxer retourna à son feu pour terminer son bœuf séché qu'il mangeait avant l'arrivée de Xena. "Maudite guerrière entêtée" murmura-t-il.

                                                         ************

 "Comment je suis?"

Xena se tenait derrière Gabrielle, et observait son reflet dans le miroir de plein pied. Elle se rapprocha et posa ses mains sur ses épaules nues.
"Tu es absolument magnifique. Kenneth a vraiment de la chance."

L’irrésistible envie de se pencher pour embrasser ces épaules blanches et crémeuses était si forte qu'elle sentait son pouls battre dans sa tête. Tout comme l’irrésistible envie de faire tomber cette robe ivoire sur le sol.

 "Hercules aussi" sourit Gabrielle. "J'ai vu comment vous vous comportiez la semaine dernière... Serais-tu la prochaine?"
"Il n'y a rien entre Hercule et moi. On est juste amis." répondit doucement Xena.
 "Pourquoi pas? Après tout cet homme est un demi-dieu. Que demander de plus?"
Toi pensa Xena. Et à cette idée, une douleur monta en elle. Gabrielle attendait une réponse.
"Je ne suis pas amoureuse de lui. Ce n'est pas comme toi et Kenneth"

 La guerrière ne savait pas si c'était le trac du mariage qui faisait frissonner Gabrielle.
"Quel est le problème?" demanda la guerrière.
"Rien" répondit-elle un peu trop vite.  "Juste un peu nerveuse je suppose."
Xena sourit. "Tu n'es pas obligée de le faire si tu n'es pas sûre." La musique interrompit la conversation et Gabrielle se dirigea vers la porte.
 "On est prêtes?" demanda la barde.
"Je suis prête si tu es prête."
"Très bien alors." Et Gabrielle tint la porte à la guerrière. "C'est l'heure."

                                                          **********

À chaque pas que faisaient Gabrielle et son père en remontant l'allée, Xena sentait son cœur se briser morceau par morceau. Quand son père offrit la main de sa fille à Kenneth, Gabrielle croisa le regard de Xena. Ses yeux semblaient brumeux et sous le coup de la douleur. Cette vision fut trop pour elle et elle préféra regarder son futur époux.

Il était fringant en bleu. Son armure avait pourtant été remplacée par une tunique mais il portait toujours son épée dans le dos. Doucement, il lui prit la main et l'aida à monter vers l'autel. Quand le prêtre se mit à parler, Xena sentit la nausée l'envahir.

"Merci aux amis et à la famille de Kenneth et de Gabrielle. Nous sommes réunis aujourd'hui pour assister à l'union de deux cœurs amoureux pour le reste de leur vie. Si quelqu'un s'y oppose, qu'il parle maintenant ou se taise à jamais."

Tous les amis de Xena assis sur les côtés attendaient de voir réagir la guerrière. Mais soudain, les portes du temple s'ouvrirent et le cliquetis de l'étain se répercuta sur les murs.

 "Tu ne peux pas faire ça Gabrielle!" hurla Joxer. "Tu ne peux pas épouser Kenneth. Il y a quelqu'un ici qui t'aime bien plus que lui!"
"C'est pas vrai..." murmura Gabrielle à Xena. "Fais le sortir d'ici tout de suite."
"Avec plaisir" Elle descendit les marches alors que Joxer continuait d'avancer.
"Écoute" insista-t-il. "Il y a quelqu'un ici. Quelqu'un qui t'aime profondément. Quelqu'un qui, vu de l'extérieur, est la plus courageuse personne au monde, mais qui, à l'intérieur, meurt de trouille."

Xena marcha derrière Joxer et le prit par la boucle de sa ceinture. Elle le tira aisément.
"Ca suffit Joxer!" chuchota-t-elle.
 "Joxer" dit Gabrielle, la douceur était revenue dans sa voix. "Je suis flattée mais je ne suis pas amoureuse de toi."
Il eut l'air un instant troublé avant de comprendre.
"Je ne parle pas de moi!"
"Ca suffit JOXER!" dit Xena plus fort. Elle le jeta dehors et referma la porte.

 "Puis-je continuer?" demanda le prêtre.
"Oui!" répondit rapidement Kenneth. Gabrielle considéra cela comme le signe d'un profond engagement. Xena y vit une façon de précipiter les choses. En quelques foulées elle se retrouva à côté de Gabrielle.
Tout à coup, elle sentit une présence derrière elle.
"Ne te retourne pas." dit la voix. "Personne ne peut me voir ni m'entendre à part toi."
L'homme se mit en face d'elle pour que personne ne se doute de rien. "L'heure est venue mon joli." dit-il à Kenneth.
L'envie de Xena de comprendre exactement ce qui se passait était forte mais elle ne pouvait accélérer les choses. Tout le monde dans le temple allait croire qu'elle avait vraiment perdu la tête si elle se mettait à parler toute seule au mariage de sa meilleure amie. Elle savait que Cupidon allait lui donner la réponse.

"Regarde derrière toi l'air de rien Xena. Regarde la famille de Kenneth."
Comme par magie, la famille commença à se transformer. Zeus et Herr à la première rangée. Aphrodite. Artemis. Hadès. Ils étaient tous en ligne sur les bancs. Cupidon s'approcha de son oreille.
 "Tous les dieux sont dans ce temple Xena. Tous. Regarde bien."

Xena regarda encore. Elle avait sa petite idée, mais c'était encore flou. Soudain, elle se retourna franchement et scruta la pièce attentivement. Où est-il? cherchait-elle. Où est-il?! Après avoir fait le tour, ses yeux se concentrèrent sur Gabrielle et Kenneth... Kenneth!
Elle poussa Gabrielle dans les marches et dégaina l'épée de Kenneth.

"Xena qu'est-ce que tu fais? Tu as..."
 Il n'eut pas l'occasion de finir. Xena enfonça profondément l'épée dans la poitrine de Kenneth.
Gabrielle hurla de terreur et la salle rugit d'horreur. Puis tout redevint silencieux.

"Par les dieux!" s'écria-t-Gabrielle."Qu'as-tu fait Xena? Comment as-tu pu?"
"Lève-toi." dit-elle en frappant le corps à ses pieds. "Lève-toi tout de suite. Ton petit jeu est terminé."
"Xena!" Gabrielle était furieuse et elle se releva du sol où elle était tombée.
"Reste là!" ordonna-t-elle.
La foule retint sa respiration, Kenneth se releva, pas le moins du monde secoué par l'épreuve. Les murmures et les soupirs se poursuivirent alors que Kenneth se métamorphosait en dieu de la guerre. Gabrielle sentit ses jambes ramollir et se retrouva de nouveau par-terre.

 "Qu'est ce que ça veut dire?!" Demanda brutalement Xena.
 Hercules se leva et se dirigea vers Zeus. Il pouvait maintenant voir les autres Dieux. Tout comme le reste du temple. Il parla au père de Kenneth.
"Tu leur dois une réponse père."

La foule était de plus en plus déboussolée et effrayée en assistant à la transformation de tous les dieux et déesses.
"C'est une longue histoire." dit-il négligemment.
 "Nous avons le temps" répliqua hardiment Hercules. Roi des Dieux ou non, il lui répondrait cette fois.
"Peut-être que je devrais répondre à cette question grand-père." rétorqua Cupidon. Sans attendre de réponse, il poursuivit: "Ares a fait un pari avec sa mère il y a six mois. Six mois à cette minute même. Il devait épouser Gabrielle, si son identité restait secrète. A partir de là, il avait un an pour reconquérir l'esprit de Xena."

Les yeux de Xena incendiaient Ares. "Je ne retournerai jamais avec toi de mon plein gré... Jamais."
 "Allez la famille." dit Zeus en commençant à se lever.
"Non!"cria Xena. "Tu ne vas pas t'en sortir aussi facilement. Si Ares veut jouer, d'accord...mais je veux la Force."
"Je refuse de te transformer en déesse." proclama Zeus.
"Je ne demande pas à devenir une divinité. Je demande la Force. Si nous jouons, je veux choisir le terrain de jeu cette fois." Xena regarda langoureusement Ares. "Tu veux jouer?"
"Je t'écoute ma belle." répondit-il en touchant le visage de Xena du bout des doigts.

Xena regarda Zeus et fit quelques pas vers lui.  "Un combat... la grotte près de la dune la plus loin... S'il gagne, il me récupèrera à jamais."
 "Xena non!" Dit Gabrielle en lui prenant le bras.
 "Et si je gagne, il ne sortira plus jamais de cette grotte. Le monde et moi-même serons débarrassés de lui pour toujours."
"Ça semble intéressant." dit sournoisement Ares. "Mais tu ne me vaincras jamais. Je suis le Dieu de la Guerre."

Xena s'approcha de lui. "Tu es malin Ares -te déguiser pour me ressembler et gagner l'affection de Gabrielle... Mais mes sentiments et mes valeurs sont vrais. Si Zeus me propose les mêmes pouvoirs que toi... tu tomberas." La guerrière ricana.

 "Dans tes rêves." s'esclaffa le Dieu de la guerre.
"Non, vraiment."
Comme il ne répondait pas, Xena osa lui lancer un ultime défi. "Que se passe-t-il Ares?... Poule mouillée?"
"A la grotte!" cria Ares en se précipitant vers la porte.
"Tu es d'accord?" Lui demanda Zeus pour clarifier les choses.
 "Pour tout!" Cria Ares. "Si c'est ce qu'elle veut. Donne-lui toute la force." Et il s'éloigna promptement.
"Ainsi soit-il" Formula Zeus en posant sa paume sur la joue de Xena.
Une lumière aveuglante jaillit et Xena fut jetée en arrière, mais elle réussit à rester debout.
"Ca va?" Demanda Gabrielle à travers les ohhh et Ahhh de la foule, et faisant de son mieux pour stabiliser Xena.
"Mieux que jamais" Xena sourit.  "Maintenant, si tu veux bien m'excuser, j'ai un Dieu de la Guerre à emprisonner."
Elle allait partir mais Gabrielle l'arrêta. "Ne fais pas cela... Je ne veux pas te perdre."

Xena ne trouva pas les mots pour lui expliquer. Sans compter que c'était une femme d'action...
Elle la prit par la taille et planta fermement ses lèvres sur celles de la barde. Hésitante au début, Gabrielle repoussa les hanches de Xena. Mais quand Xena approfondit son baiser de sa langue, elle arrêta de se débattre, attirant même la guerrière plus près.
"Accompagne-moi." murmura Xena en reculant. "Inspire-moi pour gagner."
Gabrielle hocha la tête et laissa la guerrière la prendre par la main, se mêlant aux dieux et déesses qui sortaient.
"Gabrielle!" Elle entendit son nom et elles s'arrêtèrent, main dans la main. C'était le père de Gabrielle. "Si tu repars avec elle, je n'ai plus qu'une seule fille."

 "Père s'il te plaît..." plaida Gabrielle.
"Non Gabrielle. Tu n'es plus de mon sang si tu pars avec cette... femme."
 "Ce n'est pas grave" l'interrompit Cyrène avec un sourire. "J'ai toujours rêvé d'avoir deux filles." Lentement, elle s'approcha de Gabrielle. "Tu auras toujours une maison chez moi. Toujours" murmura-t-elle. "Maintenant, va."
Gabrielle embrassa Cyrène sur la joue et Xena l'imita. "Merci mère." dit la guerrière à voix basse.

Ephiny et Solari sourirent à cette scène. "On dirait qu'il va y avoir besoin d'aide pour un nouveau mariage," Ephiny fit un clin d'œil.
 Comme Xena et Gabrielle sortaient en même temps que les Dieux, elles entendirent le père de la barde crier sa désapprobation en lançant injures et grossièretés.

"Je comprends mieux d'où te vient cet amour de la langue." Plaisanta Xena. Gabrielle s'esclaffa.
"Ouais. Papa a toujours eu le sens de la formule."
 "Je devrai l'appeler "papa" la prochaine fois que nous le verrons?" demanda sérieusement Xena avant de sourire.

                                                  **********

Les Dieux furent bientôt tous dehors, mais quand vint le tour de la famille de Gabrielle, les portes du temple se refermèrent, empêchant toute personne de sortir.

Hermes apparut à la porte et parla à la foule. "Quand tout sera fini, alors et alors seulement, vous serez relâchés." Il disparut dans un flou artistique. Hercule se précipita sur la porte et la tira de toutes ses forces mais elle ne bougea pas. Après quelques minutes, il se tourna vers la foule de plus en plus agitée.

"Calmez vous. Tout ira bien. Nous sortirons d'ici peu. D'accord?"
Des hochements de tête et des voix acquiescèrent dans le temple et les gens commencèrent à s'installer en petits groupes pour discuter. Cyrène rejoignit Hercules, l'air désespéré.
 "Elle va s'en sortir" tenta de la rassurer Hercules. "Elle a à présent une plus grande force qu'Ares, même si ni l'un ni l'autre ne le sait." Cyrène avait l'air embêté. Hercules lui sourit et lui chuchota: "Elle a l'amour de Gabrielle." Cyrène sourit à son tour et hocha la tête. Hercules la prit dans ses bras.

Quand Xena entra dans la grotte, Gabrielle à son bras, elle vit un cercueil sombre sous un globe.
 "Qu'est-ce que c'est?" demanda-t-elle à Zeus.
"Le tombeau d'Ares... Si tu gagnes." ajouta-t-il sans aucun jugement.

Ares tira son épée. "Je lui ai dit de ne pas s'en soucier, mais il croit que c'est nécessaire." il ricana.
Xena entraîna Gabrielle dans un coin de la grotte, prit ses mains dans les siennes et la regarda droit dans les yeux.
 "Je veux que tu restes là. Si, à un moment donné, tout laisse supposer qu'il a gagné, tu dois me promettre de rester en dehors de tout ça."

Gabrielle hocha la tête et resserra son étreinte pour montrer à la guerrière son profond amour. "Il ne va pas gagner." déclara-t-elle. "Tu es ma championne et ma sauveuse. S'il gagne, il met fin à ma vie... Et nous savons toutes les deux ce que tu ressens quand quelqu'un essaie de mettre fin à mes jours..."

Xena sourit en se remémorant toutes les fois où elle avait secouru Gabrielle. Elle a raison, pensa Xena. Ce n'est pas différent. Une autre pensée lui vint et elle tomba à genoux.

 "Gabrielle de Poteidaia. Reine des Amazones. Lorsque tout sera fini... pourrais-je te prendre comme femme devant la nation amazone?"
Gabrielle regarda aux tréfonds des yeux bleus cristal. "Oui" murmura-t-elle. "Un millier de fois "oui "

Xena se releva devant sa reine et souleva sa tête, ses doigts sous son menton. Le baiser fut doux et agréable. Elles prirent le temps de savourer la douceur veloutée du baiser; la texture lisse de la chair et le goût de leur désir. Tout en reculant, elle murmura: "Je vais revenir."
 "Assez avec vos mièvreries!" cria Ares.

Xena s'approcha et prit une posture de combat.
"Quelles sont les règles?"
"Il n'y a pas de règles... juste une lutte à mort. Le premier à donner le coup mortel gagne. Dans le cœur, le ventre, voire même une décapitation... Tu vois ce que je veux dire." Ares fit tournoyer son épée.
"Tu oublies une chose Ares. Je suis mortelle. A moins que ce ne soit le but recherché?"
"Non." les interrompit Zeus. "Tu ne mourras pas Xena. Hadès a accepté de te ramener servir Ares si tu perds... Bien sûr, tu ressentiras la douleur... Mais tu ne mourras pas après ce combat. Tu as ma parole de Dieu. "
"Et depuis quand la promesse d'un Dieu veut dire quelque chose?"  Rétorqua-t-elle.
Quelques divinités eurent l'air offensé, certaines le montrèrent de façon très bruyante.
 "Je comprends ta réticence vis à vis de mon fils Arès" dit Zeus en baissant ses paumes pour calmer les Dieux. "Mais je te promets que ce qui a été dit... sera fait. "
"Alors," dit -elle en dégainant son épée. "Allons-y."
 Elle attaqua la première. Un simple coup au-dessus de la tête. Ares l'arrêta avec facilité.
"Il va falloir faire mieux." ricana-t-il.
"C'est juste un échauffement." le contra Xena. Sur ce, elle frappa trois fois de suite contre l'épée d'Ares, chaque fois dans une direction différente.
"Ne te fatigue pas." La mit en garde Ares. "Je te veux forte pour mener mon armée."
"N'y compte pas." Xena continuait de frapper avec talent, ne laissant pas les mots ou la peur l'affecter. Elle frappait de plus en plus fort et avec beaucoup d'énergie. Le dieu se vit reculer de deux pas. En regardant derrière l'épaule de Xena, il vit Artemis sourire.

"Qu'est ce qui te fait rire?"cria-t-il.
"Elle va gagner" répondit Artemis. Xena entendit la voix sans la reconnaître. Elle continua son attaque mais Ares la contrait à chaque fois.
"Ah ouais?!"  Il accusait les coups et poussa Xena dans un coin de la grotte. Elle ne devait pas se laisser coincer si elle voulait gagner. Comme Ares se préparait pour la prochaine série d'attaques, elle rengaina son épée.

 "Ayiyiyiyiyiyiyi!"

Ares et les autres dieux regardèrent Xena sauter par-dessus la tête d'Ares. En un éclair, elle tira son épée et lança des coups rapides et calculés. Ares sentit son épée lui échapper au fur et à mesure. Il  se vit acculé et la colère le reprit.

Il balança son épée farouchement, incitant Xena à parer chaque frappe. Voyant une ouverture à sa gauche, il en profita.

 "Arggggg !" cria Xena en se jetant en arrière. Elle n'avait pas eu le temps de protéger son bras. Ares poursuivait son attaque. Mais il n'avait pas l'espace nécessaire pour donner le coup fatal. Les talents de Xena gênaient toutes ses tentatives.

Les larmes de Gabrielle se mirent à couler quand elle vit le sang sur le bras de Xena, mais elle ne dit rien. La dernière chose qu'elle voulait, c'était distraire la guerrière. Elle les essuya vite.  Artemis avait mal et était en colère de voir sa reine souffrir autant. Xena saignait mais la déesse savait que c'était Gabrielle qui ressentait la piqûre de l'épée. Les yeux de la déesse de la Guerre passaient sans relâche de son frère, ex-fiancé de sa reine, à Gabrielle.
Les coups d'Ares allaient de plus en plus vite, et déséquilibrèrent Xena. Le Dieu de la guerre prenait l'avantage,  il donna des coups de pied contre la poitrine de Xena, et elle tomba.

Alors qu'il levait son épée pour l'enfoncer dans sa poitrine, Xena se balança violemment et l'atteignit aux jambes. Il sembla secoué et Xena en profita pour se précipiter hors de sa portée. Mais bientôt, ce fut elle qui fut en état de choc; le sang coulait de la jambe d'Ares, un flot ininterrompu sur ses cuisses revêtues de cuir.

 "Qu'est ce que ça veut dire?" cria Ares a à Zeus.
 "Ca doit être un combat loyal Ares" répondit Zeus. "Si Xena peut ressentir la douleur et la fatigue, alors toi aussi."

Cette remarque enflamma le Dieu et il fonça sur Xena. Du moins autant que ses jambes le lui permettaient. Elle reculait toujours pour l'éviter. Elle se déplaça vivement jusqu'à ce qu'elle heurtât quelqu'un derrière elle. Artemis.
"Ne cherche pas à finir au plus vite comme Ares" murmura-t-elle. "Fatigue-le avec des estafilades et des bleus. Fais-le enrager jusqu'à ce qu'il s'affaiblisse. Il faut beaucoup d'énergie pour soutenir la haine."
Xena lui lança un sourire entendu.
"Désolée. J'avais oublié à qui je parlais." plaisanta la déesse de la guerre.
Comme l'épée d'Ares descendait du dessus de sa tête, Xena et Artemis se déplacèrent pour éviter le coup. Xena se positionna rapidement de l'autre côté de la grotte. Elle vit qu'il commençait à s'essouffler et travailler sur sa respiration.

 "Tu peux courir Xena!" cria-t-il en se rapprochant. "Mais tu ne peux pas te cacher."
Un méchant rictus se forma sur les lèvres de Xena à mesure qu'il approchait. "Tu n'es vraiment pas en forme pour un dieu."
 Ares cria et frappa. Xena fit un bond en arrière pour éviter sa lame. L'élan qu'il avait pris pour frapper le fit vaciller et Xena courut jusqu'à lui, le frappa au visage avant de sauter par-dessus sa tête pour retomber sur ses pieds. Ares se tourna de l'autre côté et elle lui réserva le même traitement.
"Tu as raison Ares" elle railla. "Je peux courir. Tu veux que je coure encore un peu?"

La colère du dieu monta d'un cran. Son air renfrogné rivalisait avec le sourire de Xena. Elle se souvint des mots d'Artemis tout en regardant le filet de sang couler entre les sourcils d'Ares, troublant sa vue.

 "Eh! Ares?!" Cria Xena en reprenant sa position.
 "Quoi?!!" cria-t-il, agacé.
"Je suis là!" elle rigola.

Il boitilla vers elle d'un air menaçant, à bout de souffle. Quand il frappa, Xena contra les coups avec facilité. Si elle pouvait le distraire assez longtemps, elle pouvait gagner. Elle analysa toutes les possibilités afin de faire enrager davantage Ares. Rien ne vint jusqu'à ce qu'elle regardât Gabrielle. Sa belle Gabrielle. Ces yeux émeraudes remplis de désir, ce ventre nu qui la narguait, ces épaules blanches et crémeuses. Stop! se dit Xena. J'ai une petite idée. Alors utilise-la! Elle fit un clin d’œil à Gabrielle et se mit en position devant le cercueil afin qu'il fût juste derrière Ares.

"J'ai rêvé de nous deux la semaine dernière Ares." commença La guerrière d'un ton enjôleur. "Tu venais me voir comme tu le faisais il y a des années. Tu venais me voir et tu m'aimais comme jamais auparavant."
 Ares n'allait pas tomber dans le piège de la  séduction. Xena voulait qu'il meurt et il le savait.

"Oh, vraiment?"  dit-il avec ironie.
"Oh oui," siffla Xena. "En fait c'était un rêve merveilleux. Tu avais un sacré long flambeau..." dit-elle affectueusement avant de le tourner en dérision. "... Un flambeau au complet au lieu d'un feu de paille de quelques heures..."
Trancher sa jambe était une chose, les coups bas en était une autre. Mais sa "virilité"?!  Comment cette maudite chienne mortelle osait-elle se moquer de sa "divine virilité"?!
 "Arggggg!" Il cria en attaquant, coup après coup. Il n'avait plus de but mais il continuait, essayant de trouver un moyen de mettre fin à ce combat une bonne fois pour toutes. Sa négligence lui faisait encore défaut.

La cuisse de Xena fut gravement touchée ainsi que son bras, mais le coup mortel qu'Ares cherchait toujours lui échappait. Ses coups pleuvaient et dans un éclair, il la vit. L'ouverture qu'il espérait. De toutes ses forces, Xena pivota. Son épée trancha profondément la gorge d'Ares. Le Dieu resta stupéfait et son sang dégoulina le long de sa poitrine velue et de ses cuirs. Pour finir, Xena lui donna un coup de pied pour le pousser dans le cercueil.

 Artemis se précipita et posa rapidement le couvercle alors qu'Ares commençait à guérir, la plaie disparaissant ainsi que le sang.
 "Elle a gagné père," insista la déesse. "Scelle le couvercle."
Dans un éclair de lumière aveuglante, la crypte se verrouilla, forgée contre toute possibilité d'entrée ou de sortie. Ares s'agitait dans son cercueil, mais la guerrière savait qu'il ne pourrait pas sortir. Elle tomba à terre d'épuisement.

 "Merci pour le tuyau.' dit-elle à Artemis.
Artemis s'approcha et toucha toutes les plaies de Xena jusqu'à ce qu'il ne restât plus que quelques petites égratignures.
"Bien sûr, l'aide des Dieux a un prix." elle sourit.  Xena leva les yeux au ciel de colère et avec la crainte de ce qu'allait lui annoncer la déesse. "Tu dois promettre de toujours prendre soin de ma reine." sourit-elle.
À ce moment-là, Gabrielle s'approcha de Xena et la serra dans ses bras.
"Je promets." murmura Xena en la regardant. "De tout mon cœur, je le promets."
"Promets quoi?" demanda Gabrielle.
Xena regardait amoureusement sa barde. "Rien que tu ne saches déjà."
Quand elles levèrent la tête pour parler à Artémis, celle-ci avait déjà disparu. Comme tous les autres dieux... à l'exception de Zeus.

"Le pouvoir d'Ares se trouve dans le globe. Il ne peut être libéré que par toi ou tes proches Xena... Et seulement si tu brises le globe... Je sais que j'ai promis de le tenir loin de ce monde pour l'éternité, mais ça n'est pas possible. Même moi, je n'ai pas le pouvoir de le garder prisonnier éternellement... Je ne peux pas... Mais toi oui... si tu restes loin d'ici et que tu ne dévoiles le secret à personne... " Il remit un parchemin à Xena.

 "Prends ceci. Cela déverrouillera le cercueil. Quand tes voyages seront terminés et que tu auras trouvé la paix. Tu ne pourras l'utiliser qu'une fois. Sinon la tombe d'Ares s'ouvrira. Est-ce bien compris? "
Xena hocha la tête et prit le rouleau. "Merci" lui murmura-t-elle. "Tu vas sans doute devoir trouver un autre dieu de la guerre" sourit Xena. "Celui-la ne quittera pas cet endroit de sitôt" ajouta-t-elle en embrassant rapidement Gabrielle sur la joue.
"J'ai déjà décidé qu'Artemis tiendrait les rênes de la guerre... Mais peut-être que Callisto ou Valasqua serait un meilleur choix."
 "Non!" hurlèrent à l'unisson Xena et Gabrielle.

Zeus se mit à rire. "J'ai pas mal de dettes envers Hercules suite à de nombreuses douleurs  dans sa vie... T'aider était peut être un premier pas pour... Artemis vers le droit chemin."

 Xena et Gabrielle soupirèrent et regardèrent le Dieu des Dieux repartir tranquillement.  Après son départ, Gabrielle prit le visage de Xena entre ses mains et l'embrassa avec passion. Xena sentit sa tête lui tourner mais le cliquetis d'étain la remit d'aplomb.

 "Qui est ce vieux bonhomme?" cria la voix.
Gabrielle et Xena se détachèrent et se regardèrent avec un sourire. Elles acquiescèrent ensemble avec dédain. "Joxer"

 Joxer jeta un œil sur les deux femmes enlacées et se rendit compte qu'il les avait interrompues.
 "Oh..." Il se mit à bafouiller. "Après m'avoir jeté dehors, je suis allé au bord du lac. En revenant, j'ai cru entendre des voix ... et je... je veux dire... Je n'étais pas sûr..."
"C'est bon" le rassura Xena. "Je suis contente que tu sois là."
"Ah oui?"
"Oui" Xena sourit et le prit par les bras. "Tu as été courageux aujourd'hui. Peut-être même plus courageux que moi. Je n'ai pas pu faire parler mon cœur et tu as essayé de le faire à ma place... C'est la chose la plus courageuse que quelqu'un ait jamais fait pour moi depuis toutes ces années... Merci. "
Joxer essayait de retenir son sourire, se rappelant que les guerriers souriaient rarement. Il tenta de paraître audacieux: "Oui eh bien, je ne pouvais pas laisser Gabby se marier avec ce... comment il s'appelait déjà? Je veux dire... Il n'était pas fait pour elle."

"Et tu ne sais pas tout!" Gabrielle explosa de rire en regardant Xena qui l'embrassa sur le bout du nez "Et nous n'avons plus à nous soucier de lui maintenant."

"Viens là" dit-elle en prenant la barde par la taille. Le baiser ne fut pas le moins du monde timide et Joxer en rougit. Quand elles se détachèrent, elles rirent toutes les deux devant la réaction de Joxer.
 "Mieux vaut t'y habituer Joxer" le taquina Xena en emmenant Gabrielle.

A l'entrée, elles laissèrent Joxer marcher devant elles. Puis Gabrielle. Puis Xena. Une fois tout le monde à la lumière du jour, la grotte, comme par magie, se fondit dans la pierre et la roche. Joxer fut surpris mais, bien que cette vision magique fut assez étonnante, les filles n'y prêtèrent aucune attention.
Main dans la main et en silence, Xena et Gabrielle s'approchèrent du groupe sortant du temple. Autolycus les repéra le premier.

 "Xena!" il cria assez fort pour que tout le monde entende. Ils se précipitèrent vers elles. Tous, sauf la famille de Gabrielle. Une fois la foule dispersée, Lila les rejoignit.
"Où crois-tu aller?" demanda son père.
Elle s'arrêta et se tourna vers son père. "Tu n'a peut-être qu'une seule fille, père. Mais moi  je sais que j'ai une sœur."
Sans attendre de réponse, elle se précipita pour retrouver Gabrielle. La défiance de Lila déclencha quelque chose chez la mère de Gabrielle et elle aussi s'apprêta à les rejoindre.

 "Ah non!" il cracha. "Pas toi."
"C'est ma fille! Et d'après ce que Gabrielle m'a raconté, je suis convaincue qu'elle sera en sécurité avec Xena. Xena fera une parfaite... euh... belle-fille."
Il jeta les bras en l'air et se détourna alors que son épouse partait. Cyrène en était à son cinquième baiser à sa fille quand Lila et et la mère de Gabrielle fendirent la foule pour les rejoindre. Lila et sa mère étreignirent  Gabrielle.

"Où est père?" demanda-t-elle.
"Il n'est pas encore prêt" chuchota sa mère. "Je ne peux pas dire que je le sois non plus, mais... donne-lui du temps."
Gabrielle hocha simplement la tête à ces mots, contente qu'au moins une partie de sa famille tente de comprendre ses liens avec Xena. Elle regarda au loin et vit Ephiny et Xena chuchoter.
"C'est merveilleux!" cria Ephiny.
"Chut!" s'écria Xena.

Gabrielle sourit aux deux femmes comprenant que le sujet de conversation était sa demande en mariage. Et Ephiny fit un clin d'œil à la reine.
"Je n'ai pas à me battre ni à faire des sacrifices pour ça, n'est-ce pas?" demanda Xena agitée. "Je ne pense pas être prête aujourd'hui."
 "Tu as prouvé ta valeur à maintes reprises Xena" dit Ephiny avec sincérité. "Tu n'auras pas de problème. Nous renoncerons au rituel de lapidation pour les prétendants potentiels."

Les yeux de Gabrielle et de Xena s'écarquillèrent et Ephiny esquissa un sourire.
"Même si nous vivions cent ans, je ne saurai jamais quand tu plaisantes" répondit Xena avec un sourire bien à elle.
 "Alors que s'est-il passé là-dedans?" demanda Iolaus. La foule acquiesça avec de nombreux : "Oui. Explique-nous."
"Vas-y la conteuse" dit fièrement Xena à Gabrielle.
La barde lui sourit et reporta son attention sur Joxer. "Dans l'intérêt de Joxer, qui a été escorté dehors..."
"Tu veux dire jeté dehors" la corrigea-t-il avec un grand rire vers la foule. Même Xena rit un peu. "J'ai été jeté dehors à l'église".
Gabrielle baissa la tête, confuse.  "Oui. Quand Joxer a été jeté dehors. Je vais commencer au moment où Xena est revenue vers l'autel... Ca a commencé comme ça..."

Xena l'écoutait et son cœur débordait. Dieux comme elle aimait cette talentueuse et magnifique femme. Je te promets Artemis, pensa Xena. Je te promets.
Je le sais mon enfant.  La guerrière entendit sa réponse de l'Olympe. Je le sais.

                                                    **********

Ephiny se tenait devant l'autel au milieu du village; elle souleva le masque de la Reine Gabrielle. Une fois entièrement extirpé, Gabrielle le tendit à Solari. Les trois visages se tournèrent vers la tribu et Ephiny prit la parole.

"La Reine Gabrielle a choisi sa prétendante. Est-ce que quelqu'un ici souhaite contester sa main à Xena d'Amphipolis?"
Le ventre de Gabrielle se serra sous les regards de la foule. Heureusement et intelligemment, personne ne broncha.
 "Bien alors," Ephiny sourit, "Xena d'Amphipolis, s'il te plaît, approche-toi pour commencer l'union."

Gabrielle vit alors Xena sortir de la hutte. La vision lui coupa le souffle. La guerrière portait du bleu, faisant ressortir ses beaux yeux malgré la distance. Ses cheveux étaient tressés et maintenus sur les côtés par les  rubans et les plumes cérémoniales des Amazones. Elle avait l'air beaucoup plus jeune – bien plus jeune que son âge réel à vrai dire - dans cette tenue. Une fois en bas de l'autel, elle tira son épée et se mit sur un genou, la tête humblement baissée.

"Es-tu, Xena, venue ici librement et de ton plein gré? Promets-tu de défendre l'honneur de la reine de ton épée sacrée chaque jour de ta vie? Promets-tu de garder comme femme la reine des amazones chaque jour de sa vie? "
"Oui", Xena leva la tête pour répondre à Ephiny.
L'air grave d'Ephiny se fondit en un sourire. "Alors lève-toi et prends place au côté de notre reine, Gabrielle."

Xena rengaina son épée et monta l'escalier. Elle avait les jambes en coton en regardant Gabrielle. Elle ne l'avait jamais vue si belle, si femme...si royale. La reine portait du rouge. La couleur avait été choisie en l'honneur des guerrières mortes et pour  l'anniversaire des nouvelles membres de la tribu -membres qui la veille, tout comme Xena, avaient prêté serment.

 "Gabrielle?" Demanda Ephiny, interrompant le regard intense de Xena sur la barde. "Es-tu venue ici librement et de ton plein gré? Promets-tu de chanter les louanges de cette amazone chaque jour de ta vie? Promets-tu de garder comme femme cette amazone chaque jour de sa vie?"

 Gabrielle leva les yeux vers Xena pour répondre.
"Oui" murmura-t-elle juste assez fort pour que la foule entende.
 "C'est l'heure de l'échange." déclara Ephiny. Solari posa le masque de Gabrielle et chercha le cadeau de Xena. Elle fouilla dans sa poche et Xena attendit avec impatience qu'elle le trouve.
 "Le voilà!" Dit-elle en le posant dans la main de Xena qui essayait de faire bonne figure mais ses nerfs étaient à rude épreuve. L'idée que Solari avait pu perdre son cadeau n'aidait pas non plus. "Désolée" s'excusa Solari en croisant son regard. Xena se calma. "C'est bon" murmura-t-elle.
"Xena. S'il te plaît, donne à Gabrielle ton présent et explique-lui sa signification." demanda Ephiny.

"C'est un apaiseur" sourit Xena. "Il ne paie pas de mine comme ça... il est assez vieux... Je l'ai porté pendant de longues années... Il appartenait à mon défunt frère. C'était son préféré... Après sa mort, quand j'ai quitté Amphipolis, c'est l'une des rares choses que j'ai emmené de la maison... Quand tout fut dit et fait et que mes "voyages" prirent fin, c'est la seule chose que je n'ai jamais perdu.. . Il semble normal que je te l'offre. Un, parce que je sais qu'il sera utilisé à bon escient," Xena sourit. "Et deux, parce qu'il appartenait à quelqu'un que je chérissais et aimais presque autant que toi."
Gabrielle posa le bout de ses doigts sur ses lèvres pour arrêter leur tremblement, et ses yeux se remplirent de larmes. Xena n'était pas douée avec les mots mais ceux qu'elle venait de prononcer stoppèrent momentanément son cœur. Elle n'avait jamais entendu Xena si expressive.

Depuis deux jours qu'Ares était emprisonné, Xena lui avait répété qu'elle l'aimait. Elle ne lui avait jamais dit jusqu'à présent. Et Gabrielle savait, en entendant les paroles de la guerrière, qu'elle serait liée à elle à jamais.
"Reine Gabrielle" déclara Ephiny, sortant la barde de ses pensées. "Ton cadeau s'il te plaît."

Gabrielle renifla et présenta l'objet.
"Mon présent n'est pas vieux. Je l'ai terminé récemment, il n'a donc pas d'ancienneté... Mais il a fallu des années pour le fabriquer... C'est un bracelet... Le joyau vert représente le jour de notre rencontre. La pierre rouge c'est le nombre incalculable de fois où tu m'as sauvée la vie... Les pierres bleues représentent le nombre d'années où j'ai regardé dans ces magnifiques yeux bleus en attendant ce jour... Les pierres blanches signifient les décennies qui ne sont pas encore écoulées -et comme les pierres elles-mêmes, ces décennies seront étincelantes et brilleront pour nous."

Ephiny sourit au couple et une vague de joie l'enveloppa, heureuse qu'elles se soient enfin trouvées l'une l'autre pour la première fois, en dépit des années d'aventures ensemble.

 "Acceptez-vous ces présents?" demanda-t-elle, connaissant déjà la réponse.
"Oui" répondirent-elles à l'unisson.
Sur ce, Ephiny tendit les mains et Xena et Gabrielle en prirent chacune une. Dans un geste gracieux, elle les plaça ensemble. Ephiny prit ensuite le ruban cérémonial qu'elle enveloppa autour de leurs mains.
"Ce qu'Artemis a jugé bon de réunir ne devrait pas faire pleurer les mortels ou les Dieux." dit Ephiny d'un air triomphal. "Je vous présente la Reine Gabrielle et son épouse Xena d'Amphipolis."

La foule applaudit et Xena se tourna vers Ephiny. "Je peux l'embrasser maintenant?" elle était impatiente, un sourire amusé sur le visage.
"Maintenant." Ephiny hocha la tête en souriant.

Xena arrêta le sourire grandissant de Gabrielle de ses lèvres. Elles étaient séparées depuis la veille, selon la coutume Amazone, et c'était la première fois qu'elle revoyait Gabrielle. Tout le désir et la passion du au manque passa dans ce baiser - le désir mit pratiquement Gabrielle à genoux. Il n'y avait eu que douze heures de séparation mais cela avait été bien trop long pour Xena. Elle ne voulait pas dormir sans Gabrielle à ses côtés. Et par les dieux, elle ne le ferait pas.

Ephiny les libéra du ruban avant qu'elles ne descendent les escaliers. Elles sourirent et firent un signe de tête à leurs amis et à leur famille qui s'était joints à elles -Cyrène, Hercule, Iolaus, Autolycos, la mère de Gabrielle, sa sœur et bien sûr, Joxer, qui, pour son courage ultime, était assis aux premières loges. La foule commença à les féliciter et Xena remarqua quelque chose à côté de l'estrade.

"Je reviens" dit-elle en s'éloignant.
"Où vas-tu?" demanda Gabrielle en essayant de la retenir. "Nous avons d'autres invités à accueillir."
Xena l'embrassa légèrement sur les lèvres. "Je sais que tu peux t'en occuper. Je ne serai pas longue."

 Cyrène s'approcha une fois Xena partie. "Où va-t-elle comme ça?"
Gabrielle haussa les épaules. "Qui sait? Après toutes ces années, j'ai appris à la laisser faire à sa guise... Et la plupart du temps... elle revient."
Cyrène embrassa Gabrielle sur la joue.  "Oui. On peut y compter."

Une fois dans la foule, Xena rattrapa la silhouette qui avait attiré son attention.
 "Eh!" elle cria. "Où penses-tu aller?"
"Chez moi." Répondit le père de Gabrielle.
Xena ne renonça pas, même quand l'homme lui tourna le dos. "Ta fille t'aime beaucoup... Pourquoi, je ne sais pas. Mais le fait demeure le même."
 "Je pourrais te dire la même chose." répondit-il en repartant.
Xena voulait que les choses marchent - pas pour elle mais pour Gabrielle. Elle se fichait que l'homme la méprisât ou non. Mais elle détestait voir Gabrielle souffrir.
"Tu sais quelle peine tu lui fais?"

L'homme s'arrêta dans son élan. Xena se rapprocha. "Peut-être que toi et moi sommes plus semblables que différents" dit-elle sans violence.
"Vraiment? Comment ça?"
"Nous aimons tous les deux Gabrielle; nous pourrions mourir pour elle et nous voulons qu'elle soit heureuse... Tu es venu ici pour une raison bien précise."
Les mots n'étaient pas son fort mais elle semblait se débrouiller assez bien aujourd'hui.  Elle le voyait ruminer ses paroles dans sa tête.
"Tu n'es pas obligé de m'apprécier. Mais juste d'aimer ta fille."
"Je ne pense pas pouvoir jamais t'accepter."
 "Ca me va." répliqua froidement Xena en le ramenant. "Ne fuis pas Gabrielle. C'est une trop belle personne pour la laisser quitter ta vie."

Gabrielle parlait avec Hercules quand elle vit Xena et son père marcher ensemble. Ses yeux étaient grands ouverts et sa bouche ouverte.
 "Je t'avais dit que je ne serais pas longue", sourit Xena.
Elle s'arrêta et laissa le père de la barde faire le chemin de son propre chef.  Hercules s'approcha et prit Xena dans ses bras.

 "Félicitations!" S'écria-t-il en la faisant tournoyer dans l'air.
"Merci" répondit-elle."Mais s'il te plaît, repose-moi. "
"Oh!" Hercules, surpris, reposa Xena. Ils virent Gabrielle et son père discuter. Finalement il la serra dans ses bras alors que le reste du clan de la barde approchait.

"Peut-être qu'il y a de l'espoir." déclara Hercules d'un air optimiste.
"Il y a toujours de l'espoir. Tant qu'il y a de l'amour."
Hercules lui sourit. "Je suis tellement fier de toi. Tu n'es pas la même fille que j'ai rencontré Xena... Je t'ai peut-être convaincu de trouver une meilleure voie mais c'est Gabrielle qui t'a appris l'amour... Je suis ta résurrection mais elle est ta renaissance et c'est ce qui importe le plus." Xena sourit. "Et je sais que quelqu'un d'aussi bon que toi sera récompensé un jour. Et cela va durer toute une vie."

Il serra Xena plus fort et l'embrassa sur le sommet du crâne. "Il y a toujours de l'espoir."

                                                         **********

La fête se prolongea tard dans la nuit. Tout le monde s'était bien amusé. Joxer et Autolycus passèrent la majeure partie de la soirée à lorgner les belles amazones alors qu'ils savaient pertinemment qu'ils n'avaient aucune chance...Enfin, Autolycus le savait.

La musique jouait toujours bien qu'il se faisait tard. Gabrielle prit les mains de Xena  et marcha vers sa cabane, les yeux dans ses yeux.
"J'ai rêvé de cette nuit" dit Gabrielle à voix basse. "Admirer ton magnifique corps plus longuement que d'un simple coup d'œil. Toucher ces courbes emprisonnées par cette armure."

Xena déglutit. Le même désir au creux des reins. Désir et...nervosité. Pourquoi suis-je nerveuse? Se demanda-t-elle en regardant sa belle Gabrielle. Ce n'est pas comme si je n'avais jamais fait ça avant... Puis elle prit conscience d'une chose. Elle n'avait jamais fait cela avant - l'amour avec quelqu'un qu'elle aimait vraiment. C'était tout à la fois excitant et stressant.

Dans la cabane, Gabrielle lâcha Xena et se dirigea vers le lit. Xena scrutait chacun de ses mouvements. Elle avait l'impression d'être enracinée dans le sol. La voix de Gabrielle la réveilla. Elle s'approcha du lit quand elle perçut une légère détresse dans sa voix.

 "Xena, j'ai une confession à te faire."
Xena prit ses mains dans les siennes. "C'est bon Gabrielle. Tu peux tout me dire. Je suis ta femme."
"J'aime entendre ça." répondit Gabrielle. "Ta femme..." répéta-t-elle en laissant flotter les mots dans sa tête, jusqu'à ce que sa joie se transformât en incertitude.
"Laisse-moi deviner." dit Xena. "C'est le moment où tu me dis que tu n'as jamais fait l'amour avec une femme, exact?"

Gabrielle sourit, mais c'était un sourire plus nerveux qu'amusé. "Non, c'est le moment où je te dis que je n'ai jamais fait l'amour du tout." Xena la regarda, perplexe. "Quand Perdicus et moi sommes rentrés à l'auberge, il était tard. Nous avons parlé, nous nous sommes embrassés un certain temps, et câlinés un peu... et... nous nous sommes endormis. Le lendemain matin, il était si tard que nous avons dû prendre la route pour arriver à Poteidaia avant la nuit... et... et tu connais la suite."

Xena souleva le menton de Gabrielle du bout des doigts pour que leurs yeux se croisent.  "Qu'est-ce qui t'inquiète?" demanda-t-elle doucement.
Gabrielle s'assit en silence en réfléchissant à la question, jusqu'à ce que tout fut clair dans sa tête.
 "Je ne sais pas quoi faire... je sais que tu as eu pas mal d'amants, je suis sûre qu'il y avait aussi des femmes - je ne sais pas si je... serai... à la hauteur. "
Xena sourit. "Et c'est toi qui me répètes tout le temps d'oublier le passé?... de faire table rase?"
Cela fit sourire la barde. "Oui" murmura-t-elle.
Xena ne réagit pas immédiatement. Elle prit le temps d'admirer la beauté et l'innocence de Gabrielle. "Pour être honnête, moi aussi j'ai peur."
"Xena" l'interrompit Gabrielle. "Tu sais que je ferai de mon mieux pour te satisfaire. Je ne veux pas que tu crois que tu as fait une erreur en t'unissant à moi. Je dois..."

"Gabrielle" Xena fit traîner son nom. Ca donnait toujours la chair de poule à la barde. Cette fois ne fit pas exception.
 "J'ai peur parce que... bien que j'ai connu beaucoup d'hommes et de femmes – oui, hommes et femmes- Je n'ai jamais aimé vraiment. J'ai peur parce que je ne veux pas te décevoir. C'est quelque chose que je veux faire pour toi. Pas pour moi. Je n'ai jamais ressenti ça avant. En fait, je suis vierge aussi." Xena réfléchit et sourit malicieusement "Une vierge expérimentée, mais une vierge tout de même."

"Alors je suppose que c'est une première fois pour nous deux."
Xena perdit son sourire remplacé par un air sérieux. "Oui, c'est ça. Tu es ma vie. Je veux te rendre heureuse... dans tous les sens du terme." Le sourire diabolique que Xena afficha déclencha le désir de Gabrielle.
"Rends-moi heureuse" souffla Gabrielle en amenant les lèvres de Xena vers les siennes. "Et je te rendrai la pareille."

Le désir enflamma son corps comme de la lave, lent et étouffant, et la guerrière poussa un gémissement au contact de ses lèvres. Sa peau la picotait partout de façon incontrôlable. Elle se dit de se calmer. Il lui fallut toute la force du monde pour s'empêcher de pousser la reine amazone sur le lit et commencer son festin.

Apparemment, Xena n'était pas la seule à ressentir ces émotions. Avant qu'elle ne comprenne ce qu'il se passait, elle se retrouva sur le dos et la barde lui enleva frénétiquement sa tenue de mariage. Elle était éberluée de voir combien sa femme était excitée. Une vierge hein? Se dit-elle, sarcastique. Gabrielle remarqua l'expression de son visage.

"J'ai attendu trop longtemps pour sentir ta peau nue contre la mienne," dit-elle d'une voix rauque en retirant les derniers vêtements de Xena.
"J'ai envie de toi" murmura Xena langoureusement. "J'ai envie de toi maintenant."

Le mamelon de Xena se dressa sitôt en contact avec la bouche de Gabrielle – la langue humide de la reine sur sa peau brûlante la faisait mouiller. Le gémissement de Xena incita la barde à passer à l'autre sein pour voir si cela allait produire le même effet. Et comme elle s'y attendait, Xena gémit profondément et retint son souffle pendant plusieurs battements de cœur.

Gabrielle avait du mal à se déshabiller tout en continuant d'effleurer de sa langue et de ses dents les mamelons dressés. Réalisant avec déception qu'elle allait devoir interrompre le contact, elle se mit à genoux et se dépouilla de ses vêtements. Sa jupe vola dans un sens et sa chemise dans un autre. Xena l'aurait bien aidée mais elle était littéralement hypnotisée par ce qu'elle ressentait et voyait.

Une fois sa femme nue cependant, elle entra en action. Elle souleva la barde au-dessus d'elle, et la fit rouler sur le dos. Sa cuisse s'installa confortablement entre ses jambes et elle fut surprise par l'excitation qu'elle y trouva. Sa bouche attrapa le cou de Gabrielle comme elle déversait tout son désir sur la barde.

"Ohh!" cria Gabrielle sous le coup de l'excitation de Xena.
Xena recula, elle avait peur d'avoir fait mal à la petite femme sous elle. "Ca va?" demanda-t-elle, inquiète.

 "Oui," souffla-t-elle en remettant la tête de Xena en place. "Dieux ne t'arrête pas. C'est tellement bon."

L'excitation de Xena resurgit avec plus de force encore. Ses lèvres et sa bouche dévoraient le cou de la barde. Gabrielle la serra davantage.

"Plus fort Xena" réussit-elle à murmurer. "Prends moi plus fort."
Xena n'en croyait pas ses oreilles. Elle ne pouvait pas donner à Gabrielle ce qu'elle demandait. A en juger par le bleu déjà visible sur son cou, si elle s'exécutait, elle risquait de lui arracher la peau. Gabrielle ne voulait pas que ce soit plus fort... elle voulait plus.

Elle remonta un peu sa cuisse pour qu'elle touche le sexe de Gabrielle qui en mourait d'envie. Instinctivement, ses hanches se soulevèrent pour répondre à la jambe de la guerrière. Xena se rapprocha encore. Même réaction.
Elle poursuivit jusqu'à ce qu'elles prennent toutes deux un rythme régulier. Par accident, la cuisse de la barde appuya contre le sexe dur et mouillé de Xena. Celle-ci soupira de bonheur. Ah! pensa la barde. Elle souleva à nouveau sa jambe et la frotta contre Xena. La respiration de la guerrière augmentait d'autant. Xena connaissait très bien son corps. Ce n'était qu'une question de minutes avant qu'elle ne perdît toute notion de réalité. Elle hésitait entre savourer la sensation ou bien reculer pour continuer ses doux assauts. A contrecœur, elle s'écarta.

La déception inonda les yeux de Gabrielle et elle se débattit. Xena la calma en l'embrassant doucement.
"Mets-toi à genoux" ordonna-t-elle gentiment. Elle ne savait pas trop comment interpréter le regard de sa femme à cette requête – peut-être de l'incertitude, ou bien une lueur de peur.
Une totale soumission n'était pas ce à quoi elle s'attendait, mais ce fut ce qu'elle obtint.

"Tout ce que tu veux" dit Gabrielle en se levant sur le matelas pour obéir. Elle ferma les yeux nonchalamment.
Xena vit ses mains passer dans ses longs cheveux roux, puis sur sa poitrine, son sexe, et le long de ses cuisses. Son désir pour sa magnifique reine était insatiable. Gabrielle sentit le matelas bouger, et la tête de Xena se positionna sous elle, entre ses cuisses.

"Ohhh Xena..." Gabrielle cria quand la langue toucha son innocente féminité. Xena réprima un sourire pour ne pas perdre le contact avec la chair, mais elle n'en pouvait plus.
"Tu aimes?" demanda-t-elle d'un ton coquin.

Gabrielle sourit, les yeux toujours fermés. "J'adore!" 
"Bien" souffla Xena langoureusement. Voyant augmenter l'excitation de Gabrielle, sa langue réagit rapidement et effleura le trésor de la reine. Elle leva les mains pour caresser les seins de sa jeune amante. Gabrielle les couvrit des siennes pour l'aider dans ses efforts. Ce contact et son goût dans sa bouche, incendièrent Xena.

Elle ouvrit les yeux et regarda Xena. Son corps était absolument délicieux. Ses seins fermes et pleins. Son ventre plat. Ses longues jambes bronzées. C'était une véritable perfection, si  Gabrielle l'avait jamais vue... La bouche et la langue invisibles lui faisaient des choses merveilleuses, rendant de plus en plus difficile le maintien de sa position à genoux – et exhalant des grognements et des gémissements de plus en plus forts. Des sons qu'elle n'avait jamais pensé pouvoir émettre.

Ses gémissements décuplaient l'excitation de Xena qui se mit à copier les vocalises de son amante, mais les siennes étaient étouffées. Gabrielle aimait ces sons assourdis. Les vibrations soulevaient son corps et le fait de savoir pourquoi ils étaient étouffés - la bouche de Xena plaquée contre son sexe – la firent trembler.

"Oh oui" soupira Gabrielle, et elle se souleva, affaiblit par les sensations que Xena lui procurait. Quelques secondes après s'être baissée, elle réalisa où elle se trouvait – parfaitement centrée devant le triangle de Xena. Deux personnes peuvent faire ça? se dit-elle triomphalement.

Les yeux de Xena s'ouvrirent brusquement et elle poussa un profond gémissement quand la langue se mit à explorer son sexe trempé.
"Oh Gabrielle" s'exclama-t-elle en essayant de cacher son émotion.
Gabrielle eut un petit rire et passa ses bras autour des cuisses de Xena. "Tu aimes?" Elle la taquinait à son tour, laissant sa langue jouer avec le bourgeon de Xena.

"J'adore" répondit Xena avant de faire tournoyer sa langue plus lentement le long de la fente de Gabrielle. Elle embrassa tendrement les cuisses de la barde.  "Je t'aime Gabrielle". C'était sincère.

Les mots enflammèrent Gabrielle. Elle voulait lui répondre sans utiliser de mots. La tête de Xena s'enfonça dans le matelas quand Gabrielle commença. Il lui fallut un effort énorme pour lever la tête et continuer ce qu'elle avait commencé. Par les dieux, elle satisferait cette femme, même si ça devait la tuer. Sa langue bougea avec force et rapidité.

"Tu es tellement mouillée" fit-elle remarquer en insistant sur chaque mot. Elle sentait sa propre excitation avalée par l'affamée barde.
"Je pourrais dire la même chose" répondit Gabrielle. La voix était profonde, telle que Xena ne l'avait jamais entendue. Et plus passionnée qu'elle n'aurait pu imaginer. Elle savait, au ton de sa voix, que Gabrielle était prête à abandonner sa virginité.

Lentement elle la pénétra d'un doigt. La chaleur et l'humidité l'enveloppèrent. Elle se mit à bouger lentement jusqu'à ce que Gabrielle pousse ses hanches plus fort, sans parler de la vitesse de sa langue sur le sexe de Xena.
Xena inséra un autre doigt, plus fort et plus profond cette fois. La barde savoura la sensation.

"Oh Dieux" gémit-elle. "Encore Xena. Plus vite s'il te plaît... oui... oui."
Le désir dans sa voix et la sensation soudaine des doigts de Gabrielle en elle, secouèrent Xena. Gabrielle accéléra son va-et-vient en elle. Trop vite, en fait. Le son, le goût, le toucher - Xena était au point de non-retour et le savait.
"Oh Gabrielle!" cria Xena tandis que ses hanches battaient contre son épouse. Les spasmes traversèrent la guerrière mais elle continuait de donner à Gabrielle ce dont elle avait besoin – plus vite. Les yeux fermés, elle savoura la vague de plaisir tout en donnant le même à Gabrielle.

 "Oui Xena!" gémit Gabrielle en se remettant à genoux. "Oui... Oh s'il te plaît... Oh oui... Xena!"

La guerrière comprit ses derniers mots et maintint les hanches de Gabrielle tout en besognant avec fureur le sexe de la barde. Gabrielle n'avait jamais ressenti le fourmillement de l'orgasme qui approchait.

Sentir Xena, l'explorer, la guider, mit la jeune femme à l'aise et elle se laissa aller aux sensations étrangères qui la traversaient. Ses yeux s'agrandirent au fur et à mesure que l'orgasme montait, puissant, irrésistible. Comme elle approchait du septième ciel, elle ferma les yeux et laissa retomber sa tête. Xena sentit le dos de la barde se raidir une seconde avant que ses lèvres ne se mettent à trembler.

"Oh Dieux Xena !" dit-elle en s'effondrant à nouveau. "Oh Dieux" murmura-t-elle contre la cuisse de Xena.

Xena sourit de satisfaction. Pas la satisfaction d'avoir eu du plaisir mais celle d'en avoir donné à Gabrielle. Lentement, elle retira ses doigts et s'allongea à ses côtés.  Elle prit la jeune femme dans ses bras et embrassa doucement sa frange trempée de sueur. Gabrielle ne bougea pas, sauf pour prendre le bras de Xena dans une admiration affectueuse.

"Ca fait toujours ça?"  demanda-t-elle.
Xena sourit. Elle ne pouvait pas rester "innocente" plus longtemps. Mais la question chamboula son cœur. Gabrielle découvrait toutes ses nouvelles expériences avec émerveillement.

"Ca n'a jamais été aussi merveilleux pour moi" répondit Xena en la serrant plus fort.
Gabrielle se blottit profondément contre son épaule en souriant. "Honnêtement? "
"Honnêtement" Xena planta un autre baiser. "Je n'ai jamais aimé comme ça avant... Je ne pensais pas  être capable... de me sentir comme ça."

Gabrielle sourit. Elle ne pouvait pas tout lui dire. Elle ne savait pas exactement comment le dire tant elle était épuisée. Mais cette déclaration l'émut. Xena resterait une femme d'action mais maintenant elle ferait un effort pour mettre aussi des sentiments.

"Oh" Gabrielle se leva un peu pour répondre aux yeux de Xena. "En réponse à ta dernière remarque - Je t'aime aussi Xena...J'aurais aimé te le dire plus tôt mais j'avais d'autres objectifs."
Xena sourit. "J'aime tes objectifs."
"Ah oui?" rétorqua Gabrielle avec sensualité.
 "Ouais" plaisanta Xena.
 "Enfin, j'en ai encore beaucoup d'autres... Mais d'abord laisse-moi vérifier quelque chose."
Xena regarda Gabrielle d'un air interrogateur alors que la barde inspectait les draps.
"Que cherches-tu?"
"Du sang", répondit-elle nerveusement.

Xena se redressa. "Je t'ai fait mal?" Demanda Xena en examinant le corps de Gabrielle, avec l'œil d'une guérisseuse et non d'une amante.
"Non, tu ne m'as pas blessée. Mais il n'y a pas de sang."
Xena ne comprenait pas la crainte qu'elle lisait dans les yeux de Gabrielle. "Dis-moi ce qui ne va pas, s'il te plaît."
"Je suis vierge... Du moins, je l'étais... Il devrait y avoir du sang."
Enfin Xena comprit. "Tu crois que parce que tu es vierge tu vas forcément saigner?"
"Oui," répondit Gabrielle.
 "Et tu penses que puisqu'il n'y en a pas, je ne vais pas croire ce que tu m'as dit tout à l'heure?"

Gabrielle avait honte. Elle ne pouvait pas regarder Xena alors elle baissa la tête. "Oui, murmura-t-elle.
Xena força Gabrielle à la regarder dans les yeux. "Tout d'abord, je crois tout ce que tu me dis parce que je sais que tu ne vas pas mentir. Et en second lieu, le sang dont tu parles peut être perdu de différentes manières."
"Comment?"
"En tombant par exemple. Tu peux perdre ton hymen après une grosse chute."

Gabrielle réfléchit. "Attends que je comprenne. L'année dernière, quand je suis tombée d'Argo, je pourrais y avoir perdu ma virginité? "
Xena sourit. "Oui Gabrielle. Tu as perdu ta virginité avec mon cheval et non avec moi."
Gabrielle donna une petite tape sur le bras de Xena. "Arrête!"
Xena pouffa. "Ce n'est pas si mal. Ephiny a sûrement perdu la sienne aussi..."
 "Xena!"

"D'accord" répondit la guerrière en levant les mains en l'air. Gabrielle secoua juste la tête. "Viens ici" ajouta la guerrière en poussant la barde sur le matelas. "Je sais que tu dis la vérité. S'il te plaît, ne crois pas que j'ai pu douter un jour de ta parole."

Gabrielle ne s'était jamais sentie si aimée et elle en eut les larmes aux yeux. "Ah non", la prévint Xena, amusée. "Pas de larmes ce soir. D'après mes calculs, il nous reste sept chandelles avant le lever du soleil... Et on va en tirer le meilleur."

 Gabrielle se mit sur un coude pour regarder les beaux yeux bleus qu'elle aimait tant.
"Est-ce une promesse ma petite femme guerrière?"
Xena resserra son étreinte avant d'embrasser tendrement Gabrielle.
"C'est une promesse ma petite femme barde."

FIN









 
< Précédent   Suivant >